Version Française

Venez découvrir, le 16 octobre,
le plus grand laboratoire du monde de physique des particules,
où recherche fondamentale côtoie innovations technologiques

Samedi 16 octobre 2004
50 visites pour les 50 ans du CERN!


Si vous avez raté la Journée portes ouvertes ou vous voulez revenir au CERN
pour savoir plus, visitez les pages web du
Service de Visites


Les visiteurs sont venus en grand nombre et de partout pour la Journée portes ouvertes du CERN. Des étudiants britanniques, des ingénieurs australiens vivant en Suisse ou encore des italiens qui ont fait le déplacement dans la journée figuraient parmi les quelque 32 000 visiteurs qui ont flâné sur les différents sites, patienté dans les longues files d'attente pour les visites, expositions, débats, représentations théâtrales, etc., et rempli les navettes pour se rendre sur les sites des expériences ALICE, ATLAS, CMS ou LHCb.

"Il est curieux de savoir qu'un anneau de 27 km est nécessaire pour faire entrer en collision des particules minuscules que l'on ne peut même pas voir", remarque Hunter Jakes, un ingénieur canadien travaillant aujourd'hui à Zürich, qui a visité le site d'ATLAS avec plusieurs collègues de la même entreprise. "Je n'ai jamais pensé que cela pouvait être aussi grand. Je n'en reviens pas."
Lorsqu'on lui demande sa visite préférée, sa collègue et amie, Ula Plochoka, également canadienne, hésite entre le site d'ATLAS et l'atelier où elle a construit son propre détecteur de rayons cosmiques. "Cela a marché, c'était fantastique, stupéfiant!" s'exclame-t-elle.

"Je ne me rendais pas compte de la taille de toutes ces choses", souligne William Wade, étudiant au Freman College à Buntingford (Angleterre), alors qu'il visite le décélérateur d'antimatière avec sa classe qui prépare la physique pour le baccalauréat. Leur professeur avait passé en revue les principaux domaines de recherche du CERN. Si bien que Wade est capable d'expliquer, avant même la visite : "Les scientifiques du CERN essaient de savoir ce que renferment les plus petites particules et comment l'Univers a été créé." Son site préféré est ATLAS. "Ce qui m'a plu, c'est la complexité technique du site, la beauté de toute cette technologie."

Jess Earp, une des camarades de classe de Wade, apprécie la diversité qui règne au CERN. "C'est génial d'entendre toutes ces langues: l'allemand, le français, l'espagnol, l'italien." Elle ajoute: "On aime le CERN, mais il faut tre un passionné pour l'apprécier vraiment. On doit savoir de quoi on parle."

Cependant, même des non-passionnés ont aimé la visite. "J'étais le plus mauvais élève en physique," remarque Hervé Rigal de Genève "mais maintenant que je suis plus âgé, je m'y intéresse davantage." Même si, auparavant, il n'avait jamais entendu parlé des ondes gravitationnelles, il trouve que la présentation de l'expérience Explorer pour la détection de ces ondes est particulièrement intéressante. Rigal précise qu'au cours de sa visite, il a appris que le CERN avait été fondé dans le but de rassembler des scientifiques européens et d'aider à créer la paix. "Je ne savais pas cela; c'est vraiment intéressant."

 

2004-10-28